Pourquoi préférer la création à la reprise d’entreprise ?

Vous portez un projet entrepreneurial et vous souhaitez maintenant créer votre activité, mais vous hésitez entre reprise et création d’entreprise. Pourquoi opter pour la création plutôt que pour la reprise ? On vous explique tout. 

Vous êtes plus libre

Créer votre propre entreprise en démarrant de zéro vous permet de créer une activité totalement adaptée à votre situation et à votre profil (compétences, études, capacité financière…). Vous mettez en œuvre vos idées et votre gestion comme bon vous semble. Vous n’avez pas à vous adapter à une entreprise existante avec son personnel, ses clients, ses fournisseurs. Par ailleurs, vous pouvez développer votre business pas à pas et acquérir progressivement de l’expérience. Enfin, vous créez votre activité quand vous le désirez. Vous n’êtes pas obligé d’attendre de trouver une opportunité de reprise intéressante.

Vous prenez moins de risques

Créer votre propre entreprise vous permet d’investir moins que lors d’une reprise et de boucler plus aisément votre financement de projet. La micro-entreprise est un statut juridique intéressant qui peut constituer un tremplin pour vous lancer et vous tester, avant de créer une entreprise plus conséquente. Elle offre l’avantage de bénéficier d’un régime social et fiscal simplifié, d’une comptabilité allégée et de formalités de création très simples. Elle aide également les créateurs d’entreprise à s’installer avec des cotisations sociales minorées les trois premières années de leur activité. Ce statut vous offre l’occasion de vous lancer sans trop de risques, puisque vous ne payez des cotisations sociales et des impôts que si vous réalisez du chiffre d’affaires.

Vous pouvez vous faire accompagner

En France, il existe de nombreuses structures d’accompagnement et de conseil pour les créateurs d’entreprise : le réseau Entreprendre, l’Agence France Entrepreneur, l’ADIE, les Chambres de Commerce, les Chambres des Métiers… Généralistes ou spécialisées, elles vous aident à préparer la création de votre entreprise, de l’idée jusqu’à l’immatriculation, en passant par l’étude de marché, le business plan et le financement. Cet accompagnement personnalisé est une ressource inestimable pour un porteur de projet. Vous avez aussi la possibilité de créer votre entreprise via des incubateurs, des couveuses, des pépinières d’entreprise ou des coopératives d’activités.

Vous bénéficiez d’aides financières

Quand vous créez votre entreprise, vous bénéficiez de nombreux dispositifs d’aides. L’ACRE par exemple vous permet de bénéficier d’une réduction des charges sociales pendant une période de 1 à 3 ans. Elle est attribuée à tous les créateurs d’entreprise. L’ARCE, quant à elle, est versée par Pôle Emploi. Elle consiste à recevoir 45 % de vos allocations chômage restantes sous forme de capital. Vous pouvez également bénéficier de prêts d’honneur, prêts à taux 0, microcrédits. Ces aides financières sont plus nombreuses pour le créateur que pour le repreneur d’entreprise.

Choisir la création d’entreprise plutôt que la reprise est donc une bonne idée, si vous souhaitez être libre de vos choix, ne pas trop investir au démarrage de votre activité, vous faire accompagner et boucler votre financement grâce à des aides financières.

Création de société : comment cela se passe ?

Vous souhaitez créer votre entreprise sous forme de société et vous vous demandez à quels interlocuteurs vous allez avoir à faire. Faisons un point sur les formalités qui attendent l’entrepreneur à la création de sa future entreprise et les organismes qui les gèrent.

La rédaction de vos statuts

Pour créer votre société, vous allez devoir rédiger des statuts. Ce document officiel contient toutes les informations sur l’identité de votre société, ainsi que ses modalités de fonctionnement. Vous pouvez les rédiger vous-même à partir d’un modèle téléchargé en ligne. Mais nous vous recommandons plutôt de faire appel à un professionnel qui maîtrise les règles de cet acte très réglementé et qui connaît les mentions obligatoires prévues par la loi : un notaire, un expert-comptable ou un avocat spécialisé en droit des affaires.

Le dépôt de votre capital social

Le capital social de votre société peut être constitué d’apports en numéraire et d’apports en nature. L’apport en numéraire est une somme d’argent déposée et bloquée dans une banque jusqu’à l’immatriculation de votre société. Vous devez donc créer un compte bancaire dédié. Votre établissement bancaire vous fournira une attestation de dépôt indispensable pour l’immatriculation. L’apport en nature (immeuble, fonds de commerce…) nécessite de faire intervenir un commissaire aux comptes qui évalue le montant des biens.

L’enregistrement de vos statuts

Vous devez ensuite enregistrer vos statuts auprès du Service des Impôts des Entreprises (SIE) dans deux cas seulement : si vos statuts ont été rédigés par un notaire ou si vous déposez des apports en nature (bien immobilier et fonds de commerce), qui nécessitent un acte juridique notarié. Cet enregistrement doit s’effectuer au plus tard un mois après la signature des statuts. En cas d’apport immobilier, vous devez également déposer vos statuts aux Services de la Publicité Foncière (SFP).

La publication d’une annonce légale

La création d’une société requiert la publication d’une annonce dans un Journal d’Annonces Légales (JAL). Vous devez contacter un Journal d’Annonces Légales dans le département de domiciliation de votre société. Ce dernier doit être habilité par arrêté préfectoral. Il vous donnera les consignes pour rédiger cette annonce très réglementée dans la forme comme dans le fond. Le journal vous fournira une attestation de publication, nécessaire à l’immatriculation de votre société.

L’immatriculation de votre société

L’immatriculation de votre société s’effectue auprès du Centre de Formalités des Entreprises (CFE), guichet unique qui sert d’interface entre les entrepreneurs et les différentes administrations. Vous devrez remplir un formulaire M0 et joindre les pièces justificatives qui correspondent à la forme juridique de votre entreprise (statuts, attestation de dépôt du capital social, copie de votre annonce légale…). Vous pouvez déposer votre dossier en vous rendant dans votre CFE ou en l’envoyant par courrier. Sous une semaine, vous recevrez un accusé de réception, si votre dossier est complet, et deux semaines plus tard, votre extrait Kbis qui officialise la création de votre société.

En résumé, pour créer votre société, vous aurez donc à faire à plusieurs interlocuteurs : notaire, expert-comptable ou avocat pour la rédaction des statuts, banque et commissaire aux comptes pour le dépôt du capital social, Services des Impôts des Entreprises pour l’enregistrement des statuts, Journal Officiel pour la publication d’une annonce légale et Centre de Formalités des Entreprises pour l’immatriculation de votre société.