01 84 21 09 27 Service client de 9h00 à 18h00 (non surtaxé)
 
 
Statutentreprise.com vous accompagne dans vos démarches de publication d'annonces légales en ligne

La nomination d’un dirigeant de société est une étape importante dans la vie d’une société. Elle intervient à la création de la société, mais elle peut également apparaitre en cours de vie sociale si un changement de dirigeant s’impose. La nomination d’un commissaire aux comptes (CAC), quant à elle, doit respecter certaines règles du droit des sociétés puisque sa nomination n’est pas toujours obligatoire. 

Conformément à la loi informatique et liberté n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, nous nous engageons à informer les personnes qui fournissent des données nominatives sur notre site de leurs droits, notamment de leur droit d'accès et de rectification sur ces données nominatives. Nous nous engageons à prendre toutes précautions afin de préserver la sécurité de ces informations et notamment empecher qu'elles ne soient déformees, endommagées ou communiquiées a des tiers. Service proposé par Annonces-legales.fr - © Copyrignt 2018

La procédure de nomination du dirigeant, représentant légal de la société

Le dirigeant est le représentant légal d’une société. Son rôle est important et il n’est pas concevable pour une société de ne pas avoir de représentant légal. Il faudra donc respecter une procédure de nomination.

 

A la création de la société, cette formalité doit intervenir avant de procéder à l’immatriculation de la société car son nom doit figurer dans les statuts ou dans un acte séparé ainsi que dans l’avis de constitution publié dans un journal d’annonces légales. A ce moment de la vie de la société, sa désignation est libre.

 

Si elle intervient ultérieurement, c’est-à-dire qu’un changement de dirigeant est opéré, il faudra respecter la procédure de nomination prévu pour la forme juridique de ladite société. Souvent, la nomination du nouveau dirigeant sera réalisée au moment de l’assemblée générale extraordinaire (AGE) constatant la démission du dirigeant en place ou votant sa révocation. Cette désignation devra ensuite être contenue dans le procès-verbal d’assemblée.

 

Dans tous les cas, l’acte qui contient la nomination du dirigeant doit indiquer un certain nombre d’informations, notamment l’identité du dirigeant, et doit ensuite être signé par les associés.

 

La procédure de nomination du commissaire aux comptes

La nomination d’un CAC n’est pas obligatoire, elle dépend de seuils fixés par la loi. Dès lors qu’elle est obligatoire, il convient de respecter une procédure spécifique. A défaut de nomination, le dirigeant de la société risque une peine d’emprisonnement de 2 ans et une amende de 30.000€.

 

Le commissaire aux comptes est nommé par les associés. A la constitution de la société, il sera ainsi désigné par les statuts ou par une annexe déposée au Registre du Commerce et des sociétés (RCS) accompagnant le dossier d’enregistrement.

 

En cours d’exercice, les associés devront se réunir en assemblée générale pour prendre cette décision. La nomination du commissaire aux comptes peut notamment se faire lors de l’assemblée générale annuelle, à l’occasion de la clôture des comptes. A l’issue de la décision collective, la nomination devra apparaître dans le procès-verbal (PV) de l’assemblée générale.

 

Les formalités à effectuer

La nomination d’un dirigeant, tout comme la nomination d’un commissaire aux comptes, doit faire l’objet d’une publication dans un journal habilité, c’est-à-dire d’une annonce légale. Il s’agira de l’inclure soit dans un avis de constitution, soit dans un avis de modification.

 

Par ailleurs, leur désignation devra également être enregistré auprès du greffe, par le biais d’un dossier déposé au RCS. Ce dossier unique devra contenir :

 

-       Le formulaire Cerfa adapté à la nomination (dirigeant ou CAC, à la création de la société ou en cours de vie sociale) ;

-       Un exemplaire de la décision de nomination, certifié conforme par le représentant légal (que ce soit les statuts, un PV, ou un autre document annexe) ;

-       Une attestation, de parution dans un journal d’annonces légales ;

-       Un justificatif d’identité et une déclaration sur l’honneur de non-condamnation du dirigeant nommé le cas échéant ;

-       Un justificatif de l’inscription sur la liste officielle des CAC le cas échéant ;

-       La lettre d’acceptation des fonctions du CAC le cas échéant.

Remonter