Rôle du gérant d’entreprise

 Le gérant d’une entreprise a un rôle très différent de l’associé, puisque c’est lui qui dirige la société et prend la plupart des décisions qui la concernent. À ce titre, il représente l’entreprise, tout comme il engage sa responsabilité pour chacun de ses choix et chacune de ses actions. Par conséquent, le gérant est toujours un acteur essentiel de l’activité, ce qui explique qu’il doit être particulièrement bien choisi par les associés. Pour faire toute la lumière sur ce statut bien particulier, voyons ensemble les spécificités du rôle de dirigeant et toutes les caractéristiques qui l’entourent. 

Qu’est-ce qu’un gérant d’entreprise ? 

Le gérant d’une société dispose d’un mandat social, qui lui permet de représenter l’entreprise vis-à-vis des tiers et des clients. En tant que dirigeant, il est donc amené à prendre un certain nombre de décisions, sans nécessairement avoir besoin des associés, et à engager sa responsabilité personnelle pour chacune d’entre elles. Considéré aux yeux de la loi comme le représentant légal de la société, il remplit différentes tâches quotidiennes, comme le recrutement des salariés, la gestion des clients, ou même la tenue de la comptabilité, même si pour ce dernier domaine, il peut se faire aider par un professionnel ou du personnel qualifié. Les associés peuvent également choisir parmi eux celui qui représentera la société. 

À noter que dans le cas d’une entreprise individuelle, ce qui inclut notamment l’auto-entreprise, le gérant se confond avec la forme juridique de son activité. En d’autres termes, dans ce cas précis, les biens personnels du gérant (à savoir son patrimoine) et ceux de l’entreprise (ce qui inclut les dettes) ne forment qu’une seule et même entité. 

Quelles sont les caractéristiques des différents gérants ? 

Le rôle de gérant peut prendre différents aspects salon la forme juridique de l’entreprise concernée. À ce sujet, il faut notamment distinguer le dirigeant d’une société divisée en parts sociales, de celui d’une société par actions simplifiée. 

  • Le gérant d’une société divisée en parts sociales 

Parmi les sociétés concernées ici, on retrouve notamment la SARL (société à responsabilité limitée), l’EURL (entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée) ou même la SCI (société civile immobilière). Au sein de ces dernières, le gérant est considéré comme le chef d’entreprise, puisque c’est lui qui conclut les contrats, qui représente la société aux yeux de l’État et des tiers, et qui prend la majorité des décisions quotidiennes (à moins que les statuts ne lui interdisent). Nommé par les associés de l’entreprise, ou par l’associé unique le cas échéant, le gérant est généralement doté d’un important champ d’action. Il en va d’ailleurs de même pour une SCI, même si sa vocation non commerciale entraîne automatiquement une charge de travail moins importante pour le dirigeant. 

  • Le gérant d’une société par actions simplifiée 

Dans le cas de la SAS et de la SASU, le statut du gérant est un peu plus spécifique, ne serait-ce que par sa dénomination, puisqu’il devient ici président. À l’image du dirigeant de SARL, il prend la majorité des décisions et assure la gestion de l’entreprise, tout en étant son représentant légal aux yeux des personnes et institutions extérieures. Là encore, le président est nommé par les actionnaires de la société, au cours d’une assemblée générale de ces derniers. 

Quelle est la rémunération du gérant de société ? 

La rémunération du gérant de l’entreprise doit respecter certains principes, ce qui implique que certaines choses soient impossibles. Pour commencer, il faut tenir compte des frais engagés par la société pour chaque versement, puisque cette dernière doit faire face en plus aux différentes cotisations obligatoires.  

Par conséquent, la rémunération du dirigeant doit être soumise à l’approbation des associés, même si celle-ci n’a pas à figurer dans les statuts.  

À noter que la rémunération n’est pas obligatoire et qu’un dirigeant peut tout à fait choisir d’exercer bénévolement durant son mandat social. 

Quelle est la protection sociale du gérant d’entreprise ? 

Dès lors qu’il touche une rémunération, le gérant est affilié à un régime social, qui implique notamment le paiement de certaines cotisations et charges importantes. 

Du côté du président, dans le cas d’une SAS ou d’une SASU, celui-ci est rattaché au régime général de la sécurité sociale, à savoir le même qu’un salarié, au même titre que le gérant de SCI ou le gérant minoritaire. À l’inverse, le gérant majoritaire dépend quant à lui de la SSI, la sécurité sociale des indépendants, qui a remplacé l’ancien RSI. 

Dans tous les cas, ni le gérant ni le président ne peuvent bénéficier de l’assurance chômage, qui ne peut être mise en place qu’à la suite d’un contrat de travail en bonne et due forme.